On The Road Again - Le portail des amoureux de la moto ancienne et classique Petites annonces
Les Forums Motos
Four-Fifty DOHC XS-650 La bielle de Cadix Z comme Zéphyr Kawasaki 900Z
 
Accueil

Présentation

La Bielle de Cadix est une association loi 1901. Sa vocation est philanthropique et son activité se concentre autour des loisirs liés à la moto ancienne, principalement des années soixante-dix.

Pourquoi les années soixante-dix ?

Tout simplement parce que c’est l’époque à laquelle la moto quitte son statut marginal pour prendre toute sa dimension de véritable loisir.

L’arrivée, sur le marché européen, des motos japonaises et tout particulièrement de la CB 750 Honda en 1969 fut un événement tellement marquant qu’il a, à l’époque, révolutionné notre rapport à la moto.

Auparavant existaient les « motocyclettes » qui restaient, le plus souvent, soit utilisées comme moyen de locomotion économique, pour les rares motos françaises encore en circulation (mode de locomotion d’ailleurs quasiment tombé en désuétude depuis l’essor exponentiel de l’automobile populaire, au sortir de l’immédiat « après-guerre ») ou comme l’outil de quelques marginaux chevauchant des machines, anglaises pour la plupart, aux coloris sombres et bien souvent maculées d’huile et de graisse.

Les utilisateurs les plus remarqués appartenant à cette seconde catégorie, sans pour autant  être tous véritablement appréciés… étaient alors surnommés les « blousons noirs ». Si certains d’entre eux semblaient vouer à leurs montures un attachement digne d’un véritable culte, il ne faut cependant pas confondre la cause et l’effet. Soins attentifs et précautions méticuleuses étaient vraiment une impérieuse nécessité pour qui voulait éviter les trajets à surprises ou les séances de « mécanique de bord de route », tant la fiabilité des machines était alors aléatoire.

Or, depuis cette révolution, à la fois technique et ergonomique (pour l’époque, bien sûr…)  qui permet à chacun d’utiliser facilement (et proprement…) les 2 roues de la nouvelle génération,  la France d’après 1968, découvre le phénomène « moto ».

D’ailleurs, la plupart des constructeurs européens, piqués au vif par tant d’audace technique et de hardiesse esthétique en provenance du pays du soleil levant, réagissent aussitôt. Leurs gammes s’étoffent de nouveaux modèles et les coloris deviennent plus gais. Ils sentent qu’il leur faut « emboîter le pas » à cette vague déferlante qui suscite autant d’enthousiasme auprès de la jeune génération. Les motos japonaises qui commencent à circuler chez nous sont performantes et fiables. Elles sont également rutilantes de chromes et arborent des coloris vifs tels ces peintures « Candy » dont les constructeurs japonais ont longtemps gardé le secret. Ces motos sont magnifiques et ce pavé dans la mare stimule nos fabricants européens. C’est le début d’une époque fantastique !

La moto devient alors synonyme obligé de liberté, d’indépendance… voire même d’aventure pour certains.

La bielle de Cadix

Quelle merveilleuse machine à rêver pour les adolescents d’alors qui regardaient leurs aînés partir en vacances. Quelle envie de les suivre et de les imiter en les voyant enfourcher leurs Honda, Kawasaki, Yamaha et autres Suzuki avec armes et bagages (le plus souvent, la copine et une « guitoune » canadienne 2 places…) le rêve quoi !

Après le départ ou le passage de ces motards là, il restait aux plus jeunes… des petites étoiles plein les yeux et l’espoir de réussir à passer leur permis à 16 ans, avant que cette vilaine loi sur l’âge du permis (dont on commençait sérieusement à parler) n’en repousse l’échéance de deux longues et interminables années supplémentaires (ce qui rimait déjà fort bien avec galère…).

Alors, pour ronger son frein et adoucir la douloureuse attente, que de magazines moto feuilletés et feuilletés encore… jusqu’à l’usure et à en perdre les pages les unes après les autres. Que de réclames en quadrichromie quémandées chez les concessionnaires ou même en écrivant à l’importateur d’une marque ou d’une autre afin de recevoir « avec les compliments du service commercial »  un poster en couleur qui présentait TOUS LES MODELES DE LA GAMME si si ! Je vous assure ! Ce sont les potes qui vont baver lundi matin au bahut… à s’en user les mirettes, je vous dis.

Force est de reconnaître que bien peu d’adolescents à cette époque ont réussi à se soustraire à ce véritable engouement pour la moto. Si certains ont eu l’occasion de pratiquer régulièrement ou même ponctuellement la moto au cours de leur jeunesse, nombreux aussi sont ceux qui, sans avoir eu de machine à cette époque là, ont conservé au plus profond d’eux-mêmes, cette passion intacte.

C’est précisément la vocation première de l’association « LA BIELLE DE CADIX » (dont la dénomination annonce tout de suite l’exclusion d’une ambiance ou l’humour ne serait pas prépondérant) que de réunir toutes les passions cristallisées autour de ces machines fabuleuses qui nous ont séduit, fait rêver, et qui nous permettent, encore aujourd’hui, d’assouvir ou de maintenir des rêves de gosses (que nous souhaitons évidemment tous rester).

Peu importe la ou les différences qui existent entre les membres de l’association, quelles qu’elles puissent être (âge, milieu social ou professionnel, culture, géographie de résidence, nationalité…) si la finalité est atteinte et fait l’unanimité le plus longtemps possible entre ses membres actuels et à venir.

Cette finalité s’exprime dans le partage de la passion des motos des « seventies » et dans son ouverture auprès de tous ceux qui veulent découvrir ou redécouvrir ces merveilleuses  mécaniques.

Bienvenue au sein de « La Bielle de Cadix ». 


© Copyright La Bielle de Cadix 2007 | Accueil | Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits